Flavie's Blog

Le vocabulaire de la peur

12, rue du poisson

Je m’appelle Elise et il m’est arrivé une histoire complètement dingue. C’était un soir, il y a deux ans,  alors que j’étais avec Marine et Gaëlle, mes deux meilleures amies. Nous nous étions retrouvées chez Marine pour passer la nuit ensemble.       Il faisait déjà bien noir quand nous avons commencé à nous raconter des histoires terrifiantes.

– Connaissez-vous l’histoire du 12, rue du poisson ? demanda Gaëlle.

– La maison abandonnée du coin de la rue ? Non ! Raconte ! lui répondis-je.

– La légende raconte que cette maison est maudite, commença Gaëlle avec une voix tremblante,  et que toute personne tentant d’y entrer la nuit en ressort mort ou fou. Seules trois jeunes filles élues seraient capables de déjouer le maléfice. Elles deviendraient alors les seules propriétaires de la maison maudite.

J’en tremblais de peur et me rapprochai de mes amies discrètement lorsque Marine eut  l’idée la plus terrifiante de sa vie. Elle pensait que nous étions les trois jeunes filles élues et que la maison nous revenait de droit mais pour cela il fallait y pénétrer et ramener une preuve. Je m’y opposais catégoriquement mais Gaëlle, elle, était toute excitée à l’idée de partir en vadrouille. Nous nous sommes alors habillées en vitesse et nous sommes parties.

Nous nous retrouvâmes donc devant la maison en plein milieu de la nuit. La maison était encore plus horriblement terrifiante que ce que je pensais. Mes dents claquaient, mes genoux tremblaient, j’avais la gorge nouée. Quand Marine me prit la main et m’attira vers la maison, j’avais vraiment la trouille.

Gaëlle, la plus téméraire d’entre nous, poussa un grand coup sur la porte qui céda immédiatement. Ce que je vis alors me glaça d’effroi. Il faisait si sombre qu’on distinguait à peine les objets mais je vis bien les deux yeux du tableau sur le mur nous fixer du regard l’une après l’autre. La terreur s’empara de moi, je me retournai, empoignai les filles et couru au dehors. Une fois sur le trottoir, je jetai un coup d’œil à mes amies.

Elles étaient assises par terre, hurlant de rire…

Poisson d’avril…

12, rue du poisson

Je m’appelle Elise et il m’est arrivé une histoire complètement dingue. C’était un soir, il y a deux ans, alors que j’étais avec Marine et Gaëlle, mes deux meilleures amies. Nous nous étions retrouvées chez Marine pour passer la nuit ensemble.    Il faisait déjà bien noir quand nous avons commencé à nous raconter des histoires.

– Connaissez-vous l’histoire du 12, rue du poisson ? demanda Gaëlle.

– La maison abandonnée du coin de la rue ? Non ! Raconte ! lui répondis-je.

– La légende raconte que cette maison est maudite, commença Gaëlle,  et que toute personne tentant d’y entrer la nuit en ressort mort ou fou. Seules trois jeunes filles élues seraient capables de déjouer le maléfice. Elles deviendraient alors les seules propriétaires de la maison.

Je m’approchais  discrètement de mes amies lorsque Marine eut une idée. Elle pensait que nous étions les trois jeunes filles élues et que la maison nous revenait de droit mais pour cela il fallait y pénétrer et ramener une preuve. Je m’y opposais catégoriquement mais Gaëlle, elle, était toute excitée à l’idée de partir en vadrouille. Nous nous sommes alors habillées en vitesse et nous sommes parties.

Nous nous retrouvâmes donc devant la maison en plein milieu de la nuit. Marine me prit la main et m’attira vers la maison.

Gaëlle, la plus téméraire d’entre nous poussa, un grand coup sur la porte qui céda immédiatement. Il faisait si sombre qu’on distinguait à peine les objets mais je vis bien les deux yeux du tableau sur le mur nous fixer du regard l’une après l’autre. Je me retournai, empoignai les filles et couru au dehors. Une fois sur le trottoir, je jetai un coup d’œil à mes amies.

Elles étaient assises par terre, hurlant de rire…

Poisson d’avril…

1. Quelle est la différence entre ces deux textes?

2. Lequel préfères-tu? Pourquoi?

La peur

1. Dans l’extrait suivant, repère et souligne les mots ou expressions en rapport avec  la peur.

Il faisait nuit. Il tombait des cordes. Nous étions trempés. Max et moi marchions dans la ville, nous allions chez Chloé, la copine de Max.

Nous ignorions pourquoi cette avenue portait un tel nom … jusqu’à ce fameux soir de décembre 2007 …

Il était minuit … Nous marchions le long de l’Avenue des Têtes Coupées à Tournai … Nous étions transis de froid.

Pour tout dire, j’avais très peur : mes mains étaient moites, mes dents claquaient et j’avais la chair de poule mais j’ai dit à Max que j’avais simplement très froid. Je crois que Max ne se sentait pas beaucoup plus à l’aise. Il regardait autour de lui, sans cesse, comme s’il se sentait menacé.

Soudain, ma gorge se noua, j’eus le souffle coupé et mon sang se glaça dans mes veines … Max et moi les avions vus … ça n’était pas une légende …

2) Complète le tableau ci-dessous.

Nom Verbe Adjectif
Peur
Crainte
Terreur
Effrayer
Angoisser
Épouvantable
Gémissant
Hurlement
Hanter

3. Voici quelques petites devinettes, tente de percer leurs secrets et de découvrir le mot qui se cache derrière elles.  Attention à l’orthographe !

1. Les chevaux sautent par dessus mon premier pendant les courses.
Mon second est le contraire de chaud

 …………………………………………………………….

2. Mon premier est la première lettre de l’alphabet.

Mon deuxième est le féminin de fou.
Mon troisième est le masculin de « la ».
Mon quatrième est le verbe « mentir » conjugué au présent de l’indicatif, à la 3ème personne du singulier.
 …………………………………………………………….

3. Mon premier est le contraire de vrai.
Mon second est le verbe « être » en anglais.
 …………………………………………………………….

4. Mon premier est le contraire d’avant.
Mon second est constitué de 365 jours.
Mon troisième est le verbe « scier » conjugué à la première personne du pluriel, au présent de l’indicatif

 …………………………………………………………….

5. Mon premier borde ma cour.
Mon second éclaire les bateaux la nuit.
Mon troisième est le verbe « mentir » à la troisième personne du singulier, au présent de l’indicatif.
 …………………………………………………………….

6. Mon premier est notre planète.

Mon second vaut 60 minutes.

…………………………………………………………….

4. Dans le texte suivant, replace les expressions de la peur au bon endroit.

Exclamations terrifiées – anxiété – un grincement de dents – galop effréné – un bruit insolite – écart brusque – cris de femme s’élevèrent – un claquement de porte – racines protubérantes – vitesse d’ouragan – panique

A ce moment, ……………………………….. de roues de voiture et de sabots de chevaux sur la route attira notre attention. Le bruit se rapprocha et, bientôt, nous vîmes surgir deux cavaliers, suivis d’un carrosse traîné par quatre chevaux, et deux autres cavaliers qui fermaient la marche.

Cet équipage franchit le pont et nous l’observâmes avec curiosité, car il s’agissait, semblait-il, d’une personne de haut rang. Cette curiosité se transforma bientôt en ……………………………., quand, un peu après le pont, un des chevaux de l’attelage s’emballa, communiquant sa ……………………………………………………. aux autres. Il s’ensuivit un ………………………………………………….. et les bêtes, bousculant les deux cavaliers qui les précédaient, dévalèrent la route en notre direction à une ………………………………………………….

Des ………………………………………………………….. de la voiture. Nous accourûmes, en poussant des ………………………………………………….. Les chevaux allaient de plus en plus vite. Un grand tilleul et un calvaire de pierre bordaient chaque côté la route et, en y parvenant, ils firent un ……………………………………………. L’une des roues vint heurter les ……………………………………………………………………  de l’arbre.

Sachant ce qui allait arriver, je me couvris les yeux des mains, pour éviter ce spectacle. Mes amies s’étaient éloignées de moi. Je les entendis crier.

SHERIDAN LE FANU, Carmilla, 1960

5. Classe en deux colonnes les adjectifs qualificatifs et participes passés suivants, selon qu’ils signifient : 1) qui provoque la peur, 2) qui éprouve de la peur

Apeuré – craintif – effrayant – effroyable – effrayé – inquiet – inquiétant – horrifié – horrible – terrible – terrorisé

Qui provoque la peur Qui éprouve la peur
…………………………………………………………………

…………………………………………………………………

…………………………………………………………………

…………………………………………………………………

6. Beaucoup d’expressions existent sur le thème de la peur, dans celles-ci un ou plusieurs mots ont été effacés, peux- tu les retrouver ?

Avoir le souffle co…………. Avoir la trou……….
Avoir la gorge se………. Avoir les péto……………..
Être cl…… sur place Être une po…….. mouillée
Fu…. à toutes ja…………… Être plus mort que v…….
Prendre la fu………… Avoir la pe…… au ve……….

7. D’après l’image, crée un texte inquiétant de minimum 10 lignes où tu utilises le vocabulaire de la peur.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :